« Cauchemardesque » à promouvoir, Weedcraft a effrayé les constructeurs de consoles

« Cauchemardesque » à promouvoir, Weedcraft a effrayé les constructeurs de consoles

mai 6, 2019 0 Par admin

« C’est clairement le jeu que j’ai eu le plus de difficulté à promouvoir, ce qui n’est pas rien. Ça a été un putain de cauchemar. Le fait d’avoir encore aussi peur d’un sujet comme le cannabis pendant que l’on peut faire la promotion d’un simulateur de meurtre n’importe quand, c’est choquant« , a déclaré Mike Wilson, le cofondateur de Devolver Digital, dans un entretien publié par TechCrunch. Ce dernier révèle notamment que les constructeurs de consoles ont fait preuve de réticence à accueillir ce jeu de gestion parfumé aux herbes.

Sans forcément interdire l’accès au jeu, Sony et Microsoft ont apparemment fait comprendre à Devolver qu’il aurait été très difficile de donner la moindre visibilité au jeu sur les boutiques PlayStation et Xbox. Les problèmes ne s’arrêtent pas là pour Devolver qui s’est également fait rejeter par des plateformes publicitaires comme Facebook et Instagram. L’employé de Devolver qui a essayé de soumettre des publicités pour Weedcraft sur ces réseaux sociaux s’est même fait suspendre son compte, pendant que les vidéastes qui ont voulu essayer le jeu sur YouTube ont vu leurs contenus démonétisés. Steam, que l’on sait pas toujours très regardant sur le contenu des jeux, et GOG.com n’ont en revanche opposé aucune résistance quant à la présence de Weedcraft.

Une valeur artistique non reconnue

Dans ses consignes relatives aux contenus adaptés aux annonceurs, YouTube explique que les « contenus vidéo promouvant ou montrant la vente, l’usage ou l’abus de drogues illégales, de médicaments ou de substances réglementés, ou d’autres produits dangereux, ne sont pas adaptés à la publicité« , tandis que « les vidéos traitant de drogues ou de substances dangereuses à des fins pédagogiques, documentaires ou artistiques sont généralement adaptées à la publicité, tant que la consommation de drogues ou l’abus de substances illégales ne sont pas explicites ou glorifiés.« 

Mike Wilson s’empresse justement de rappeler que Weedcraft ne fait pas l’apologie de la légalisation et qu’il est injuste de le percevoir seulement sous son angle subversif alors que sa volonté de soulever certaines problématiques sociales auraient dû lui valoir un statut plus respectable : « Vous pouvez jouer comme un homme d’affaires totalement légal et scrupuleux. On a fait toutes ces recherches avec des dispensaires, des généticiens, des avocats, on s’est intéressé à la sensibilité culturelle du sujet, par exemple à quel point les personnes noires se font plus arrêter que les autres à cause de ça. On a voulu refléter toutes les problématiques sociales. C’est un peu comme faire un jeu sur l’alcool à l’époque de la prohibition, quel sujet intéressant à étudier, non ?« 


Huile de CBD peut aider vos maux. Visite HuileCBD.be


 
Lire Plus