Il extirpa du goulot le bouchon tenace…

Il extirpa du goulot le bouchon tenace…

février 7, 2019 0 Par admin

« Le digne aubergiste, connaissant la qualité de ses hôtes, les conduisit lui-même en une chambre basse bien tendue où brillait dans une cheminée à large manteau un feu pétillant et clair. Il prit des mains du sommelier la bouteille grise de poussière et tapissée de toile d’araignée, la décoiffa de son casque de cire avec des précautions infinies, extirpa du goulot, sans secousse, le bouchon tenace, et d’une main aussi ferme que si elle eût été coulée en bronze versa un fil de liqueur blond comme la topaze dans les verres de Venise à pied en spirale que lui tendaient le duc et le chevalier. »

C’est ainsi que Théophile Gautier évoque un aubergiste, Maître Bilot en train de servir du vin à ses hôtes… C’est, là, un extrait d’un des romans les plus connus de cet auteur, intitulé Le Capitaine Fracasse…

 Maître Bilot enlève avec élégance le bouchon d’une vieille bouteille.

Le bouchon d’une bouteille permet d’en préserver le contenu… Bouchon de liège pour les vins, ou bouchons de métal ou de plastique pour d’autres breuvages…

Mais le bouchon a d’abord été une botte de chanvre ou de foin : apparenté aux mots « buisson, bois, bosquet », le bouchon est, à l’origine, une simple touffe de paille…

On connaît le verbe « bouchonner », qui désigne l’action de nettoyer un cheval avec une poignée de paille…

De nos jours, le mot « bouchon » est associé surtout aux bouteilles qu’il permet de fermer hermétiquement…

Ce mot très familier s’ouvre sur une labiale langoureuse, se prolonge par une chuintante pleine de douceur et s’achève par une voyelle nasalisée « on » qui semble mimer la levée et parfois l’envol du bouchon…

Voilà un mot aux sonorités évocatrices, pleines de charmes…

Le bouchon d’une bouteille de Champagne demande un certain doigté pour être enlevé du goulot : il peut s’échapper avec vivacité, mu par les bulles d’air que dégage le breuvage…

Une fois extirpé, le bouchon de liège révèle parfois des motifs de pampres, de grappes de raisins, d’étoile rayonnante, de dessins géométriques en forme d’épis…

Le bouchon est issu du chêne liège, un arbre à l’écorce légère et ainsi le mot « bouchon » renvoie à nouveau à son étymologie première : « bois, buisson, morceau de paille ou de bois ».

Le mot « liège », quant à lui, doit son origine à un adjectif latin, « levis, léger. »

On découvre alors certains breuvages dorés, des liqueurs de miel, des vins parfumés et savoureux…

On déguste ces boissons bien protégées et on se délecte d’arômes de soleil et de fruits…

Le bouchon désignait aussi autrefois un petit bouquet de paille, un rameau de feuillages qui servait d’enseigne à un cabaret, puis le cabaret, le restaurant lui-même…

Le bouchon associé à la bouteille, à l’auberge nous fait entrevoir des saveurs, des goûts, des liqueurs délicieuses, des mets délicats…

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2017/12/le-bouchon-tenace.html

http://www.lepoint.fr/vin/20-questions-sur-le-vin-comment-bien-utiliser-les-bouchons-23-11-2017-2174612_581.php


Huile de CBD peut aider vos maux. Visite HuileCBD.be


 
Lire Plus