On a rencontré des usagers de cannabis thérapeutique : “Je sens de nouveau que j’ai des jambes”

On a rencontré des usagers de cannabis thérapeutique : “Je sens de nouveau que j’ai des jambes”

juillet 14, 2019 0 Par admin

Le Comité scientifique spécialisé temporaire mandaté par l’Agence nationale de sécurité du médicament a publié en juin son projet d’expérimentation du cannabis à visée thérapeutique qui, s’il est validé, débutera en 2020. “Les Inrocks” ont recueilli les témoignages de personnes en consommant déjà dans ce but… et donc dans l’illégalité. 

“Je fume avant de dormir, car cela me permet de passer la nuit : sinon, j’ai beaucoup trop mal.” Rachel a 23 ans, est étudiante dans la Nord de la France, et consomme du cannabidiol (CBD) depuis quelques mois. Pas pour le plaisir, elle qui n’a jamais trop aimé, pour le dire trivialement, tirer des lattes, mais plutôt pour se soulager : atteinte d’une maladie de crohn et d’une spondylarthrite ankylosante, la jeune femme décrit un quotidien fait de douleurs abominables.

“En cas de grosse crise, je ne peux pas me lever, pas m’habiller ni me laver seule, je ne peux même pas parler, en fait.” Ses traitements actuels, nombreux et lourds – piqûres une fois par mois, codéine, cortisone, parfois de la chimiothérapie – sont justement trop nombreux et lourds à son goût, elle qui aspire à “réduire sa dose quotidienne et hebdomadaire de médicaments, et utiliser quelque chose de plus naturel”. 

Le CBD –  l’un des composants du cannabis, outre, entre autres, le THC -, c’est sa mère, démunie et touchée de voir sa fille souffrir le martyre, qui lui en a parlé : “Elle cherchait tous les moyens possibles pour que je me sente mieux.” Rachel décide il y a quelques mois de franchir le cap. Résultat : “J’ai découvert que ce qu’il me fallait, c’était le CBD, qui a des vertus anti-inflammatoires. Depuis que j’ai commencé, cela me soulage énormément.”

La jeune femme a longtemps été réticente, racontant “l’étape compliquée que représente le fait de se dire que l’on va commencer un traitement illégal dans son propre pays” – elle y a accès via une amie faisant pousser du CBD chez elle. Par ailleurs, Rachel compte bientôt prendre rendez-vous chez le médecin en Belgique, faute de pouvoir bénéficier d’une prescription en France, où le cannabis thérapeutique est illégal, a contrario de 21 pays sur 28 en Europe. 

Une expérimentation en 2020 ?

La situation pourrait changer : le Comité scientifique spécialisé temporaire (CSST) mandaté par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a rendu public en juin son projet d’expérimentation du cannabis à visée thérapeutique. Cinq indications ont été retenues pour l’expérimentation qui, si elle est acceptée par le directeur de l’ANSM puis par la ministre de la santé, devrait débuter en 2020 sur 1500 à 3000 patient.e.s, quand 300 000 à 1 million de personnes pourraient être concernées : « Les douleurs neuropathiques réfractaires aux thérapies accessibles, ​certaines formes d’épilepsie pharmacorésistantes, certains symptômes rebelles en oncologie (tels que nausées, vomissements, anorexie…), dans les situations palliatives, dans la spasticité douloureuse de la sclérose en plaques ou des autres pathologies du système nerveux central. »

Olivier, atteint d’une adrénomyéloneuropathie, soit une maladie neurologique génétique et orpheline lui provoquant des douleurs neuropathiques, “a beaucoup d’attentes sur cette expérimentation, même si tout a l’air très verrouillé” : sa maladie rentre dans le cadre des cinq indications retenues. En fauteuil roulant car ayant de grandes difficultés à marcher, Olivier souffre de façon continue. “Ce sont des douleurs dans les jambes qui, sur une échelle de 1 à 10, ne sont qu’à 3, parfois 4. Mais, en fait, c’est tout le temps. Je ne sais que j’ai des jambes que parce qu’elles me font constamment mal.” 

“Je retrouve des sensations dans mes jambes”

Cet article est réservé aux abonnés



Il vous reste 75% de cet article à lire


Huile de CBD peut aider vos maux. Visite HuileCBD.be


 
Lire Plus